Panorapost



Maroc |

Publié le 23 juin 2017

Le RNI s’invite, s’implique, dans la crise d’al Hoceima

Partager cet article :

Depuis 8 mois maintenant que la situation à al Hoceima est tendue, voire explosive, les partis se cherchent et recherchent péniblement la posture à adopter. Voici quelques jours, une délégation du RNI était partie dans la ville s’enquérir auprès de la population des mesures urgentes à adopter pour apaiser la situation. La présence de Rachid Talbi Alami au sein de cette délégation avait surpris, au regard de ses déclarations passées. Mais le Bureau politique du RNI a publié un communiqué… surprenant.

…Surprenant car cette formation ne nous avait pas habitués à des prises de position politiques, se contentant de s’aligner sur ce qui était fait et de détourner pudiquement les yeux sur ce qui ne l’a pas été.... Ce jeudi 22 juin, la direction des « Bleus » s’est réunie et a procédé à une évaluation de la situation, déroulant plusieurs mesures à prendre.

Ainsi, suite aux protestations des populations du nord sur les poursuites judiciaires engagées sur de simples dénonciations, anonymes ou non, le RNI a décidé de répondre à cette revendication en créant une commission de juristes RNIstes. L’objectif est d’élaborer un projet de loi interdisant toute poursuite par un tribunal d’un individu dénoncé ou incriminé au moyen d’un courrier d’accusation anonyme.

Un prévenu a bien évidemment le droit d’être confronté à son accusateur, de se défendre et de rejeter les accusations qui lui sont adressées. C’est le but du RNI, et son souhait est d’introduire rapidement cette disposition dans l’arsenal juridique du royaume.

Par ailleurs, et en réponse aux revendications des populations de la région du Rif, le RNI déclare souscrire à l’idée de créer une préfecture dans la bonne vile de Targuiste, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest d’al Hoceima.

Enfin, et c’est le point le plus important, l’emploi. Le RNI va mettre en place un comité formé de membres du Bureau politique et de quelques ministres dans le domaine économique en vue de rencontrer des hommes d’affaires. L’idée est de cibler les besoins des populations, ainsi que les mesures d’encouragements aux investissements dans la région. Ce comité regroupera également une banque de données de toutes les décisions d’investissement dans le nord, en vue de les soumettre en Conseil de gouvernement.

Et de fait, les ministres RNI, « dans le domaine économique », comme Aziz AKhannouch, Moulay Hafid Elalamy et dans une moindre mesure Lamia Boutaleb, peuvent à eux seuls enclencher une dynamique économique intéressante, s’ils s’en donnent les moyens, qu’ils ont par ailleurs. Sans compter le très discret et désormais allié indéfectible du RNI, Mohamed Sajid, lui-même homme d’affaires et ancien maire de Casablanca et à ce titre en contact avec les plus gros investisseurs du pays. Si quelqu’un pouvait le sensibiliser…

On retiendra de ce communiqué inhabituel au sein du RNI, et de la classe politique dans son ensemble, deux idées :

1/ Il part d’une rencontre directe des dirigeants du parti avec la population, et non les élus, peu ou pas représentatifs. La présence de Rachid Talbi Alami, en dépit de sa fonction gouvernementale, était le point noir de cette délégation, l’homme ayant été très fortement critiqué pour son accusation de séparatisme lancée à l’encontre des manifestants, dans la tristement célèbre sortie des partis de la majorité en mai dernier ;

2/ Il prévoit des mesures concrètes, jusque-là inédites, comme la création de la préfecture de Targuiste et l’interdiction des dénonciations anonymes. Ce sont des mesures possibles à mettre en œuvre immédiatement, en attendant celle de l’investissement, qui prendra plus de temps.

Aziz Boucetta

Partager cet article :

Commentaires