Panorapost



Maroc |

Publié le 28 avril 2017

Le Conseil de Sécurité de l’ONU renouvelle à l’unanimité le mandat de la Minurso

Partager cet article :

Et finalement, le conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté, à l’unanimité, la résolution 2351, renouvelant le mandat de la Minurso pour un an, jusqu’en avril 2018. Tout au long de ces deux dernières journées, les 15 membres étaient en désaccord sur le projet de résolution présenté par les Etats-Unis, jugé trop favorable au Maroc car condamnant fermement le Polisario qui refuse de se retirer de Guergarate.

Les différents reports de la discussion du projet au Conseil de Sécurité  étaient dus à des questions de vocabulaire, pour atténuer la pression exercée sur le Polisario. Russes, Uruguayens, Royaume-Uni, Ethiopie et d’autres nations ne voulaient en effet pas trop durcir le ton, les premiers voulant même rappeler le contexte à l’origine de la présence du Polisario à Guergarate.

Le vote unanime de la résolution 2351 implique nécessairement des concessions des deux camps, ceux qui soutiennent clairement le Maroc (Etats-Unis et France essentiellement), et ceux qui veulent ménager le Polisario (Russes, Royaume-Uni).

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a aussi salué la prééminence plan marocain d’autonomie au Sahara, le qualifiant de « sérieux », et a jugé  « crédibles » les efforts déployés par le Maroc pour aller de l’avant dans le processus visant un règlement de la question.

En effet, dans sa résolution 2351, le CS « prend note de la proposition marocaine présentée, le 11 avril 2007, au Secrétaire général et salue les efforts sérieux et crédibles déployés par le Maroc pour aller de l’avant dans le processus visant un règlement du conflit du Sahara ».

En outre, et concernant les voisins algériens et mauritaniens, le Conseil de sécurité a réitéré son appel «  aux parties et aux Etats du voisinage de coopérer plus pleinement avec les Nations Unies et les uns avec les autres et de consolider leur engagement afin de mettre fin à l’impasse actuelle et réaliser des progrès vers une solution politique ».

Le Conseil de Sécurité a également insisté au sujet de « l’enregistrement » des populations dans les camps de Tindouf et « insisté pour que des efforts soient réalisés à cet égard ». L’enregistrement est le premier pas vers le recensement.

Il va sans dire que l'ONU a « salué le retrait de tous les éléments du Front Polisario de la zone de Guerguerat », après le retrait des troupes marocaines en février dernier.

La condamnation du Polisario a été retirée par rapport à la version précédente, car le Polisario a décidé finalement de retirer ses troupes de la zone de Guergarate. Le représentant permanent  du Maroc Omar Hilale a indiqué  que s’il « le Polisario ne marque pas son retrait total, il n y aura pas de négociations avec les différentes parties, voire même l’ONU ». La zone doit être vraiment déserte de tout élément armé, a ajouté Hilale.

Toujours dans le cadre de cette résolution adoptée à l’unanimité, le Conseil de sécurité a  « salué les mesures et les initiatives récentes prises par le Maroc, et le rôle joué par les Commissions du Conseil National des Droits de l’Homme opérant à Dakhla et Laâyoune ».

Et   le Conseil a mis l’accent sur l'importance de « l'engagement des parties à poursuivre le processus de préparation d'un cinquième round de négociations », notant que « le réalisme et l'esprit de compromis par les parties sont essentiels pour progresser dans les négociations ».

Les Quinze membres insistent à l’unanimité sur l’importance de reprendre les négociations, sous l’égide de l’ONU, « sans conditions préalables et de bonne foi, en tenant compte des efforts déployés depuis 2006 et des faits nouveaux survenus depuis, en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable ».  

Enfin, en répondant aux question des journalistes, Omar Hilale a fait savoir que le Maroc fait confiance à l’ONU pour résoudre le conflit et reprendre les négociations nécessaires, ainsi que pour veiller à ce que le Polisario retire totalement ses troupes de la zone tampon de Guergarat.

Aziz Boucetta et Imane Jirrari

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires