Panorapost


Maroc |

Publié le 20 avril 2017

Lahcen Daoudi à la manœuvre pour la compensation

Partager cet article :

Le nouveau ministre des Affaires générales et de la Gouvernance Lahcen Daoudi commence son mandat sur les chapeaux de roues… Il vient de démentir la première fausse information concernant son gouvernement. Il s’agit de la décompensation du gaz butane et du sucre…

Si Saadeddine El Otmani, le chef du gouvernement, a annoncé dans sa déclaration de politique générale que la réforme de la Caisse de compensations se poursuivra, il n’y a aucun  schéma prédéfini, contrairement à ce qui a été rapporté par certains médias. « Ces informations sont dénuées de tout fondement », précise le département de Lahcen Daoudi, qui ajoute que toute décision en la matière fera préalablement l’objet d’une « large concertation avec l’ensemble des parties concernées».

Le communiqué de Daoudi reconnaît cependant que « le gouvernement a présenté dans son programme une orientation importante visant à renforcer la cohésion sociale et la lutte contre la pauvreté et la précarité et à soutenir le pouvoir d’achat des franges sociales ciblées, à travers la gestion des différentes ressources dont celles qui seront dégagées après la réforme de la Caisse de compensation ».

En clair, cela signifie que le gouvernement s’attellera à la lourde tâche de définir les populations les plus désavantagées et les plus nécessiteuses, afin de leur apporter un soutien direct (dont la nature reste à définir), qui sera tiré des ressources de la décompensation.

L’option de l’aide pécuniaire directe est retenue, semble-t-il, comme lors du mandat Benkirane, mais ce dernier n’avait pas été soutenu par sa majorité d’alors car la méfiance était de mise entre les partenaires gouvernementaux, qui voyaient dans la politique de l’ancien chef du gouvernement une manœuvre électorale. Avec Saadeddine El Otmani, il en va autrement, car selon les confidences des uns et des autres, le nouveau chef du gouvernement a d’ores et déjà gagné la confiance de ses pairs chefs de parti.

Partager cet article :

Commentaires