Panorapost



Maroc |

Publié le 25 février 2017

Le Maroc demande son adhésion à la Cédéao

Partager cet article :

Trois semaines après son adhésion à l’Union africaine, Rabat demande à entrer au club de la Cédéao (Communauté économique des Etats d’Afrique  de l’Ouest). Rabat a en effet informé la présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf et présidente en exercice de la Cédéao de sa volonté d'adhérer à cet ensemble régional en tant que « membre à part entière », car il est détenteur actuellement du statut d’observateur de la Communauté.

Pour la diplomatie marocaine, cette demande d'intégrer la Cédéao « vient couronner les liens forts (...) avec les pays membres » de l'organisation régionale, qui « se sont renforcés aux cours des dernières années à travers les 23 visites du roi dans 11 pays de la région ».

Si le Maroc a décidé de pleinement s’engager dans son continent à travers une politique multidimensionnelle, il souhaite encore plus œuvrer dans son ensemble régional. A cet effet, le roi Mohammed VI a  effectué 23 visites dans 11 pays de la région, signant plusieurs centaines d’accords.

La Cédéao est une organisation intergouvernementale ouest-africaine qui a vu le jour en 1975. Son objectif est de promouvoir la coopération et l'intégration avec pour objectif de créer une union économique et monétaire ouest-africaine. En 1990, son pouvoir est étendu au maintien de la stabilité régionale avec la création de l'ECOMOG, groupe militaire d’intervention qui devient permanent en 1999. La Cédéao compte aujourd'hui 15 États membres (16 avec la Mauritanie, qui a quitté entretemps). En 2013, le PIB global des États membres de la Communauté s'élève à 674,34 milliards de dollars ce qui en fait la 20ème  puissance économique du monde. Le Maroc réalise à lui seul le 6ème de ce PIB et pourra contribuer à plus de rayonnement de cet ensemble de nations.

La Cédéao est formée du Benin, du Burkina Faso, du Cap-Vert, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana,de la Guinée Conakry, de la Guinée Bissau, du Libéria, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo.

Avec son projet de gazoduc ouest-africain mené conjointement avec le Nigéria, le Maroc, Etat situé au nord-ouest du continent, devrait être admis comme membre de plein droit de la Cédéao, et cela lui permettra d’apporter sa maîtrise et expertise dans plusieurs domaines, en plus du fait de se rapprocher d’Etats traditionnellement favorables aux thèses algériennes sur le Sahara. L’adhésion du Maroc à la Cédéao sera aussi de nature à isoler encore un peu plus l’Algérie au sein de cette partie de l’Afrique.

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires