Panorapost



International |

Publié le 19 décembre 2016

L’ambassadeur russe en Turquie assassiné à Ankara

Partager cet article :

Un policier turc a ouvert le feu sur l’ambassadeur russe à Ankara alors que celui-ci visitait une exposition d’art dans la capitale turque. Andreï Karlov a été grièvement blessé, avant de succomber à ses blessures. Le tireur n’a pas essayé de s’enfuir, brandissant son arme près du corps du diplomate. Mais il a été par la suite neutralisé par les forces de sécurité turques.

Andreï Karlov, qui avait été nommé à son poste en juillet 2013, a été touché alors qu'il prononçait un discours à l'occasion d'une exposition d'art dans la capitale, rapporte le site turc Hürriyet. L'ambassade de Russie en Turquie impute l'attaque à des islamistes radicaux. 

« Pendant que l'ambassadeur faisait un discours, un homme grand, portant un costume, a tiré d'abord en l'air puis a visé l'ambassadeur », a rapporté Hasim Kiliç, correspondant du quotidien Hurriyet. « Il a dit quelque chose à propos d'Alep et d'une vengeance ». Depuis septembre 2015, la Russie intervient en Syrie par des raids aériens. Le meurtre pourrait s’agir d’une attaque liée à l’islamisme radical.

​Le ministère russe des Affaires étrangères a confirmé les informations faisant état de l'attaque contre l'ambassadeur et les deux présidents Erdogan et Poutine se sont entretenus au téléphone.

Le policier turc a affirmé agir pour venger le drame de la ville d'Alep, en passe d'être reprise par le régime syrien soutenu par Moscou. Sur une vidéo diffusée sur internet, on voit l'assassin hurlant, d'abord en arabe avec un accent marqué, puis en turc. L'ambassadeur est allongé à terre à côté de lui. L'homme, en costume noir et armé d'un pistolet, crie "Allah Akbar" et évoque en arabe "ceux qui ont fait allégeance au jihad". "N'oubliez pas la Syrie, n'oubliez pas Alep", crie-t-il ensuite en turc à deux reprises. "Tous ceux qui prennent part à cette tyrannie rendront des comptes, un par un".

L'assassin présumé a été identifié par les autorités turques comme étant Mevlüt Mert Altintas, un policier de 22 ans. Il n'était pas clair dans l'immédiat si le policier faisait partie du dispositif de sécurité encadrant l'exposition. Une perquisition a été menée à son domicile, a annoncé le parquet. Ses parents et sa soeur ont été arrêtés, selon l'agence Dogan.

 

 

 

 

 

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires