Panorapost



International |

Publié le 08 juin 2016

Euro 2016, le Maroc (discrètement) sollicité pour l’assistance sécuritaire

Partager cet article :

L’Euro 2016 de football démarre ce vendredi 10 juin, à Paris. Le président François Hollande a prévenu dimanche dernier 5 juin que la menace contre la sécurité de l'Euro 2016 « existe » et « vaut pour un temps qui sera long », ce qui en dit long, justement, sur les craintes et inquiétudes des services. Les Britanniques et les Américains ont également avisé leurs ressortissants des menaces qui pèsent sur cette compétition. La coopération sécuritaire entre Paris et Rabat sera plus active que jamais.

Etat sécuritaire des lieux

Les services britanniques et américains, selon les responsables des deux pays, ont été sollicités par les Français pour accroître et améliorer leur coopération sécuritaire afin de sécuriser au maximum cet événement sportif qui accueillera entre 2,5 et 3 millions de personnes sur une durée d’un mois.

La France prend la menace très au sérieux. En effet, en plus des 10.000 effectifs de police, apparents ou non, déjà présents en Ile-de-France pour la sécurité, plus de 3.000 autres policiers seront affectés dans et autour des stades et des fans zones, ces espaces publics destinés à accueillir les supporters des différentes équipes en compétition.

Et le Maroc ?

Bien évidemment et logiquement, ce ne sont pas les services qui apporteront leurs indications, mais selon plusieurs rapports sécuritaires ayant filtré dans les médias hexagonaux, il semblerait que la coopération en matière sécuritaire entre le Maroc et la France soit à son maximum.

Rappelons que lors des dernières rencontres du roi Mohammed VI et du président Hollande, les aspects de cette coopération ont été systématiquement « évoqués », ce qui en langage diplomatique signifie que des décisions d’action et d’intervention ont été prises. Et rappelons aussi que le soir même des attentats de Paris le 13 novembre 2015 (130 morts et plus de 300 blessés), les services marocains avaient avisé leurs homologues du fait que les attentats avaient été planifiés à partir de la Belgique et qu’un des auteurs présumés des attaques (on saura plus tard que c’est Salah Abdeslam dont il s’agissait) était déjà en route pour la Belgique.

Le 18 novembre, un assaut avait été donné contre un appartement de Saint-Denis et le « cerveau » des attentats Abderrahim Abaaoud avait été tué lors de cette intervention policière.

Pourquoi le Maroc tient-il une place aussi importante dans la sécurisation de l’Euro ? Parce que les relations ont de tous temps été plus qu’amicales, en dépit de grosses crises qui surviennent de temps à autre. Mais aussi parce que la France est très sérieusement et explicitement ciblée par l’organisation terroriste dite « Etat islamique », ou Daech, et qu’une grande partie de ses terroristes sont des français ou des belges d’origine marocaine.

Or, on sait que les services marocains exercent une surveillance étroite sur les proches et amis des ressortissants nationaux ou binationaux partis combattre en Syrie et/ou en Irak. Selon Reuters, qui avait mené une enquête sur le sujet en janvier 2016, c’est grâce à cette surveillance que la cellule de Saint-Denis avait été démantelée en novembre, les Marocains ayant alors eu sous leur contrôle les faits et gestes de Hasna Aït Boulahcen, la cousine d’Abaaoud.

Le reste est un travail d’intelligence humaine où les Marocains excellent, essentiellement dans les recoupements et rapprochements entre membres d’une même famille, innocents ou presque de tout lien avec les terroristes mais en contact avec les actifs.

Le patron du Bureau central d’investigations judiciaires Abdelhak Khiame, qui multiplie les interventions médiatiques depuis plusieurs mois, a expliqué à plus d’un média que les services marocains avaient à maintes reprises fourni des informations aux Français et aux Belges, renseignements qui ont permis de déjouer des attaques terroristes. Dans un récent entretien avec Françoise Schepmans, maire de Molenbeek, cette commune vivier du terrorisme en Belgique, PanoraPost a appris que des échanges sécuritaires étroits existent désormais entre services belges et marocains, les agents des uns et des autres se trouvant sur les deux territoires. La même chose doit se passer avec la France, avec laquelle nous lient des relations bien plus étroites.

Il est donc certain que les Marocains seront de cet Euro, physiquement d’abord et aussi par les échanges d’informations. On espère que tout se passera bien.

AAB

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires