Panorapost



Maroc |

Publié le 11 janvier 2016

Mohand Laenser donne son opinion sur la retraite des parlementaires

Partager cet article :

Mohand Laenser, secrétaire général du MP, plusieurs fois ministre et actuellement président de la Région Fès-Meknès, a délivré son opinion sur la polémique qui agite la société et les réseaux sociaux depuis environ un mois : les retraites des parlementaires et des anciens ministres.

L’homme est égal à lui-même, et ne craint absolument pas de nager à contre-courant. C‘est son opinion, certes, mais elle serait bien meilleure si elle était réfléchie. Ainsi, Laenser considère-t-il que « la retraite versée aux parlementaires est une chose fort ordinaire en cela qu’ils ont cotisé quand ils étaient en fonction. Pour l’âge de jouissance, il pourrait être repoussé, mais si un parlementaire refuse, alors il devrait avoir le droit de récupérer ses cotisations ».

Concernant la contribution de l’Etat à ces retraites, Laenser a fait fort ! Il estime que « l’Etat est un employeur (sic !) et à ce titre, il doit continuer de contribuer à ces retraites ». Le SG du 4ème parti du pays, en fonction depuis 30 ans, député depuis des lustres et ministre d’à peu près tous les départements, ne sait pas qu’un parlementaire est un élu, et non un fonctionnaire de l’Etat ! Il faut être lui pour dire une chose pareille. Enfin, il conclut par cette autre perle, tant notre homme navigue à contresens de la vox populi et même de la logique : « Si l’Etat souhaite supprimer sa contribution aux retraites parlementaires, il devra alors augmenter les indemnités qu’il sert aux élus en fonction ».

Concernant les retraites assurées aux anciens ministres, Laenser explique que l’Etat marocain n’a rien inventé, puisque même en Tunisie, où l’on dit que ces retraites n’existent pas, il fut un temps où elles étaient servies aux anciens ministres... « Cette retraite est une indemnité pour représentation de l’Etat, et elle existe dans plusieurs pays de par le monde ».

Seul argument valable du patron du MP : « Quand cette mesure avait été prise (par Hassan II, NDLR), c’était après qu’une collecte ait été organisée pour assurer le financement des funérailles d’un ancien ministre. On peut revoir les conditions de cette retraite, mais sans toucher à son principe ».

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires