Panorapost



Maroc |

Publié le 14 octobre 2015

Ahmed Lahlimi présente les résultats du recensement général de 2014

Partager cet article :

Mardi 13 octobre, le Haut-commissaire au Plan Ahmed Lahlimi tenait une conférence de presse pour la présentation d’une partie des résultats du recensement général de la population ; il a apporté des précisions sur la démographie, la fécondité, les langues parlées, l’habitat… Extraits (édifiants) de sa présentation.

Cette présentation reste provisoire dans l’attente de l’exploitation et du traitement de l’ensemble des 9.566.000 questionnaires numérisés et de plus de 68.714.000 réponses des ménages et individus interrogés.

La démographie

Fléchissement du taux d’accroissement annuel moyen de la population. Il a « baissé de 1,35% entre 1994 et 2004 à 1,25% entre 2004 et 2014. Le taux d’accroissement de la population urbaine est de 2,1% pour la période 2004- 2014, tandis que celui de la population rurale est de -0,01%. Le taux d’urbanisation a franchi le cap des 60%, résultat de l’exode rural, du reclassement de certaines localités rurales et de l’extension du périmètre urbain ».

Baisse de la fécondité. « Le nombre moyen d’enfants par femme (Indice synthétique de fécondité ou ISF) s’établit à 2,21 enfants par femme en 2014 contre 2,47 en 2004. En milieu urbain, la fécondité est passée en dessous du seuil de remplacement des générations avec un ISF de 2,01 contre  2,15 en 2004. En milieu rural, il s’établit à 2,55 en 2014 contre 3,10 en 2004 ».

Vieillissement relatif de la population. « Sous l’effet de la baisse de la fécondité, la part des jeunes de moins de 15 ans est passée de 31% en 2004 à 28% en 2014. Concernant la population d’âge actif (15 à 59 ans), son poids s’est accru de 60,7% en 2004 à 62,4% en 2014, et ce en raison de l’élan démographique issu des années passées de forte fécondité. En revanche, la part des personnes âgées de 60 ans et plus représente 9,6% contre 8,1% en 2004. Ce qui correspond à des effectifs de 3,209 millions en 2014 et 2,376 millions en 2004 et une hausse relative de 35% durant la période intercensitaire ».

Recul du célibat. « La proportion de célibataires a diminué, parmi les hommes de 45,7% en 2004 à 40,9% en 2014 et parmi les femmes de 34% à 28,9% respectivement, et ce en faveur des mariés dont la part a augmenté de 53% à 57,3% parmi les hommes et de 54% à 57,8% parmi les femmes. Cette baisse du célibat, plus marquée parmi les jeunes, constitue une inflexion de la tendance observée durant les dernières décennies. En effet, la part des femmes célibataires âgée de 25-29 ans a augmenté de 35,1% en 1994 à 40,7% en 2004, pour diminuer ensuite à 32,6% en 2014 ».

Par ailleurs, « l’âge au premier mariage féminin a diminué de 26,3 ans à 25,8 ans durant la dernière période intercensitaire. Quant à l’âge au premier mariage masculin, après une augmentation de 30 ans à 31,2 ans entre 1994 et 2004 ».

Les langues

Langues parlées. « La quasi-totalité de la population parle en premier lieu le dialecte arabe «Darija» avec 89,8% (96% en milieu urbain et 80,2% en milieu). La proportion de la population qui parle la langue Amazigh se situe en 2014 à 27% (dont Tachelhit 15% dans le Haut et Bas Atlas, Tamazight 7,6% dans le Moyen Atlas et Tarifit 4,1% au Nord). Cette proportion est beaucoup moins élevée en milieu urbain (20,1%) qu’en milieu rural (36,6%) ».

Langues lues et écrites. « Parmi la population âgée de 10 ans et plus alphabétisée (sachant lire et écrire au moins une langue), la quasi-totalité sait lire et écrire la langue arabe (99,4%). La langue française vient en seconde position avec 66,0%, suivie par l’anglais avec 18,3% ».

La scolarisation et le niveau d’instruction

Scolarisation des enfants. « Le taux de scolarisation de 7 à 12 ans a beaucoup progressé durant la dernière décennie passant de 80,4% en 2004 à 94,5% en 2014. Cette progression est plus marquée en milieu rural et parmi les filles.  En effet, il est passé 68,9% à 91,4% dans ce milieu et de 77,5% à 93,9% parmi ces dernières. Le taux de scolarisation est le moins élevé dans les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et de l’Oriental avec 92,9%. Il culmine à plus de 97% dans les régions de Laayoune-Sakia El Hamra et Eddakhla-Oued Eddahab ».

Niveau d’instruction. « La répartition de la population âgée de 25 ans et plus selon le niveau d’éducation montre qu’à l’échelle nationale, 45% ne dispose d’aucun niveau d’instruction, 21,2% disposent d’un niveau d’enseignement primaire, 12,3% du niveau du collège, 10,2% du niveau du lycée et 8% du supérieur. En milieu urbain, la proportion de la population n’ayant aucun niveau d’instruction est de 32,6% (66,4% en milieu rural) et celle disposant d’au moins du niveau secondaire est de 26,2% (4,3% en milieu rural) ».

Alphabétisation. « Le Maroc compte 8,6 millions d’analphabètes contre 10,2 millions en 2004, ce qui correspond à une baisse de 18,7%.  Le taux d’analphabétisme s’établit ainsi  à 32% contre 43% dix ans plus tôt ». 

L’habitat et les ménages

Nature des logements. « En milieu urbain, la répartition des ménages selon le type de logement occupé montre une augmentation de la part des maisons marocaines modernes (62,5% en 2004 à 65,9% en 2014) et de la part des appartements (12.4% en 2004 à 16,6% en 2014). En revanche, au cours de cette période, la part des ménages occupant des maisons traditionnelles a baissé de 8,1% à 4,8% et celle des ménages occupant un habitat sommaire ou  bidonvilles de 8,2% à 5,6% ».

Taille des logements. « Les ménages occupant des logements de 1 à 2 pièces ont vu leur proportion diminuer de 41% en 2004 à 36.5% en 2014 et ce, en faveur des ménages logés dans au moins 3 pièces, dont la proportion est passée de 59% à 63,5% respectivement ».

Structure des ménages. « La taille moyenne des ménages est de 4.6 personnes en 2014 (5,24 en 2004).  Elle est de 4,2 personnes en milieu urbain (4,75 en 2004) et de 5,3 en milieu rural (5,99 en 2004). La structure des ménages relève que 7,2% (523.534 ménages) de l’ensemble des ménages sont constitués d’une seule personne (8,2% en milieu urbain et 5,2% en milieu rural), et  46,5% (3.391.785) de 5 personnes ou plus (40,4% en urbain et 58,8% en rural).  16,2% (1.181.585) des ménages sont dirigés par des femmes (18,5% en milieu urbain et 11,8% en milieu rural), parmi ces derniers, 20,6% (243.648) sont constitués d’une seule personne. Parmi les femmes chefs de ménage 56% sont veuves (dont 21,3% ont au moins un enfant) et 14,2% sont divorcées (dont 5,9% ont au moins un enfant) ».

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires