Panorapost



Maroc |

Publié le 09 juin 2015

La Caisse de compensation, ce machin budgétivore... les chiffres de 2002 à 2014

Partager cet article :

L'une des grandes fiertés du gouvernement Benkirane, et de Benkirane lui-même, est d'avoir su dompter l'ogre de la Caisse de la compensation. Et il est vrai que quand on scrute les chiffres et les sommes englouties depuis 2002, on a le tournis. Revue de détail.

Ainsi, sur ces 12 années, ce sont plus 316,2 milliards de DH qui ont été dépensés en compensation des produits de première nécessité, soit environ 35 milliards de dollars. Autrement dit, les dépenses de la Caisse en 12 ans sont équivalentes au tiers du PIB du Maroc en 2013, et pratiquement à celui de 2002 (ce qui indique, en passant, que le PIB national a été multiplié par 2,5 en 12 ans).

Cela étant, les budgets de la compensation ont réalisé un grand bond en avant, un saut de géant même, entre 2002 et 2014, passant de 3,9 milliards à 56,4 milliards de  DH  de 2012. Pour 2014, ce budget a été ramené à environ 33 milliards et en 2015, le gouvernement avait projeté économiser 10 milliards, pour réduire le budget global de la Compensation à 23 milliards (8 milliards ont déjà été économisés à fin avril !)...Le plus grave est que les dépenses de subvention ont aggravé le déficit public qui est passé de 2,2% du PIB en 2009 à près de 7% en 2012, encore que pour cette dernière année, le déficit avait bondi en raison d'une "erreur" de la Trésorerie générale du royaume qui avait réglé les subventions sur les hydrocarbures pour 2011 à fin 2011, alors qu'elle avait payé celles de 2010 en 2011.

Cette année 2012 était également celle des augmentations à l'international de tous les cours subventionnés par le gouvernement, avec un pétrole à 112 dollars le baril, une tonne de blé tendre à 310 dollars et une tonne de sucre à 578 dollars. Mais le "trou" de la Compensation 2012 avait également été creusé par l'achat à prix d'or de la paix sociale en 2011, par le gouvernement el Fassi qui avait réagi aux manifestations en actionnant le levier des augmentations des salaires du secteur public.

Après les législatives de 2011, le gouvernement Benkirane  aura réussi à lever en trois ans la subvention sur les hydrocarbures, établissant une vérité des prix fondée sue l'indexation sur les cours mondiaux, et un calcul bimensuel des prix à la pompe. Aujourd'hui, le gouvernement Benkirane s'apprête à lever le soutien au gaz butane, par le retrait d'une somme d'environ 100 DH sur les factures d'électricité pour les familles nécessiteuses. Il faut savoir que cette compensation du butane aura à elle seule coûté à l'Etat une somme de 92,3 milliards de DH de 2002 à 2014 ; en 2014, la subvention du gaz butane était d'environ 16 milliards de DH. Le gouvernement tient à cette décompensation du gaz butane car il elle ne profite que pour une petite partie aux familles pauvres du Maroc (environ 12% des 16 milliards), le gros du budget allant aux entreprises, aux cafés et aux exploitations agricoles qui, désormais, et très certainement dès la fin de cette année 2015, paieront le vrai prix du gaz qu'ils utilisent.

 

Partager cet article :
Articles similaires

Commentaires