Panorapost



Maroc |

Publié le 03 juin 2015

Le Maroc annonce un gros effort pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre

Partager cet article :

Le Maroc reçoit en 2016 la COP22 (Conference of the parties) sur les changements climatiques. Dans cette perspective, et après le Gabon, il est le second pays africain à vouloir consentir un effort conséquent pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre. C’est la ministre de l’Environnement Hakima el Haite qui l’a annoncé mardi 2 juin à Skhirat, en présence du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane et du représentant spécial du président français pour le climat, Nicolas Hulot, qui a jugé cet engagement « ambitieux ».

Ainsi, le Maroc s’est engagé à parvenir à une réduction d’au moins 13 % de ses émissions prévues de gaz à effet de serre à l’horizon 2030 par rapport à 2010. « Le Maroc a décidé de se porter volontaire pour faire partie des pays qui vont contribuer aux efforts de lutte contre le changement climatique, en vue de réduire les émissions GES à l'horizon 2030 », a proclamé Abdelilah Benkirane lors de cette Conférence nationale de présentation de la contribution du Maroc aux efforts de lutte contre le changement climatique (INDC Maroc).

Hakima el Haite, pour sa part, a déclaré que pour atteindre cet objectif, un effort financier devra être consenti, à savoir 10 milliards de dollars, un budget qui sera pris en charge par le royaume. La ministre a ajouté que le Maroc était prêt à une réduction additionnelle de 19%, d'un coût évalué à 35 milliards de dollars, à la faveur d'un appui international, ce qui aboutirait à un effort de réduction de 32% au total à l'horizon 2030.

Intervenant à cette occasion, Nicolas Hulot a relevé que « ce qui est important, c'est aussi le signal que cela donne à un moment où on n'a pas reçu les contributions de certains pays émetteurs. Les pays du sud nous délivrent un message, à savoir qu'ils sont prêts à faire quoi qu'il en soit un effort, mais qu'ils peuvent en faire encore plus si on les aide ».

Selon le classement des « performances des politiques climatiques » établi chaque année par Climate Action Network, le Maroc est arrivé au 9ème rang mondial en 2015 et au 1er rang parmi les pays en développement. Son programme ambitieux de développement des énergies renouvelables et la réduction des subventions accordées aux carburants fossiles expliquent ce satisfecit. Le Plan vert adopté en 2014 prévoit ainsi de porter la part des énergies renouvelables à 42 % du mix énergétique du royaume d’ici 2030.

Partager cet article :

Commentaires